Définition et Origine de l'homéopathie

Samuel Hahnemann (1755-1843)

     L'homéopathie a été mise en place par un médecin allemand du nom de : Dr Hanhemann ( 1755-1843) . Relativement, on peut parler de

l'homéopathie comme une  vieille médecine qui s'est épanouie pendant plus de deux siècles. Logiquement, elle devrait avoir une place dans la médecine actuelle.

Le terme homéopathie du grec homoeion ( semblable) et pathos (souffrance), est une méthode thérapeutique basée sur  trois points : le soin par les semblables, l'individualisation, c'est à dire soigner le malade et non la maladie , et la méthode des hautes dilutions.

En 1790, peu staisfait des avancées de la médecine de son temps, notamment au sujet de l'action thérapeutique du quinquina, il décida d'essayer sur lui même l'action de la substance. Il fut peu après surpris d'éprouver de grands frissons , puis une sensation de chaleur. Il fut pris par une sueur abondante, et constata qu'il était extrêment fiévreux. Tout cela sachant que le quinquina est spécifique  du paludisme qui se manifeste par ce genre de symptômes cités.

Pour Samuel Hanhemann, cette constatation fut comme un très de lumière . Puisque la substance susceptible de produire sur un homme sain des symptômes analogues à ceux engendrés par la maladie elle même, pourquoi ne serait-il pas possible  que tout médicament  pouvant produire dans un organisme sain des symptômes semblales  à ceux de la maladie, ne fût pas spécialement  propre , utile, à guérir la maladie dont l'évolution présente un certain nombre de symptômes analogues?

"Une substance qui serait en mesure de dérégler un être sain, en provoquant un ensemble de symptômes visibles, pourrait être en mesure de guérir un malade qui souffre de ces mêmes symptômes". Hanhemann fut le premier à énoncer cette loi et insiste sur le fait que finalement , le médicament à choisir s'arrête sur sa ressemblance avec la maladie à soigner.

L'homéopathie consiste en effet, à traiter les malades par des médicaments supposés capables de déterminer au sein d'un organisme sain, des symptômes dits morbides semblables à ceux que l'on veut combattre.

L'homéopathie est en opposition avec l'allopathie qui propose de soigner les maladies par leurs contraires : d'après Hippocrate: contrariacontrariis curantur opposé à Hanhemann : Similia similibus curantur.

De plus , l'homéopathie va à l'encontre de la loi établie par Avogadro : tout chimiste sait qu’à partir d’une certaine limite, un produit dit actif diluée dans un corps est considéré comme absent de part sa quantité de matière dans la substance étudiée.

Le nombre d'Avogadro, de l'ordre de 1023 , est le nombre de molécules dans une mole de substance pure. Or un médicament homéopathique en dilution  par exemple à 30CH ( voir la rubrique hautes dilutions pour mieux comprendre ) a une dilution de l'ordre de  l’ordre de 10-60 de la substance d'origine. Il est donc impossible que le médicament contienne ne serait-ce qu'une seule molécule possible du produit d'origine. C’est ce que nous allons tenter de comprendre au long de cette étude.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site